Littérature

Xavier Dorison, Joël Parnote, ARISTOPHANIA, tome 1, Le Royaume d'Azur

Le 9ème art se porte bien. Le premier tome de la série que nous vous présentons possède d'indéniables atouts. La couverture intrigue : une dâme âgée en robe chic, époque 1900, lévite au-dessus des eaux. On imagine bien Eva Green dans le Miss Peregrine de Tim Burton. Sauf que c'est de la bd et que c'est français...

Le scénariste, Xavier Dorison, a déjà quelques succès à son palmarès : Long John Silver (récit de pirates), Undertaker (excellent western, genre de nouveau en vogue depuis quelques années) ou encore le Troisième Testament (un thriller médiéval dont les premiers volumes remontent au début des années 2000). Il est également co-scénariste des Brigades du Tigre, un film policier des années 2000, adaptation cinématographique d'une vieille série télé. Quant au dessinateur, Joël Parnotte, il est l'auteur de plusieurs séries dont Les Aquanotes et Le Maître d'armes, réalisées avec Xavier Dorison.

Et maintenant, imaginez. Imaginez une histoire qui commence dans les quartiers industriels et populaires de Marseille  au début du XXème siècle. Imaginez qu'une vieille dame élégante vienne à la recherche d'un ouvrier. Imaginez que cet ouvrier n'en soit pas réellement un mais qu'il soit un chevalier au service des fées, et qu'un monstre cherchant à le traquer le trouve enfin.
Aristophania Imaginez que suite à la fin funeste du chevalier, la vieille dame prenne soin des enfants du héros tombé au combat et les emmène dans son royaume, en apparence très semblable à une maison du Sud de la France perdue dans la garrigue.

Si vous pouvez vous projeter dans cette intrigue, vous aurez une idée du contenu de ce premier tome qui installe les éléments d'une saga prévue en 5 volumes. Ni lenteurs ni ellipses brutales dans la narration : les auteurs prennent le temps de poser les éléments essentiels de l'histoire et de nous captiver rapidement. L'atmosphère mêle féérie, portrait social, aventure et "roman de formation" avec un bel équilibre.

On parvient ainsi à la fin du tome à la fois intrigué, suffisamment nourri pour avoir eu la satisfaction de lire un récit qui se tient, et encore en appétit pour attendre la suite. Une lecture dont on émerge avec la sensation d'avoir regardé un bon premier épisode d'une série prometteuse, bien construite et distrayante, avec ce qu'il faut de magie et d'action.

 

 

 

© Olivier Dalmasso - Centre International d’Antibes

 

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur littérature

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40…

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…