Cinéma

Le Grand bain de Gilles Lellouche sorti le 24 octobre 2018

Pour son premier long-métrage en solo, Gilles Lellouche, acteur, réalisateur et scénariste, nous livre une comédie qui n'est pas juste une comédie. Elle est basée sur un fond de réalités sociales qui nous poussent à la réflexion. Le réalisateur a su trouver un point d'équilibre entre comédie et film social grâce à un panel d'acteurs et d'actrices tous investis dans le projet qui nous est conté...

Le Grand bain de Gilles Lellouche - Date de sortie : le 24 octobre 2018
Décembre 2018

La carrière d'acteur de Gilles Lellouche décollera dans les années 2000 . On pourra le voir, entre autres, dans le film Paris de Cédric Klapisch en 2008 puis dans celui de Guillaume Canet, Les petits mouchoirs en 2011 pour lequel il sera nominé au César. En 2018, il est à l'affiche de Pupille de Sandra Kiberlain, un magnifique film sur les tenants et les aboutissants d'une adoption. Il avait auparavant débuté dans le monde du cinéma en tant que réalisateur de deux courts-métrages en 1996 et 2001.

Lellouche revient donc à la réalisation avec Le grand bain dont l'histoire s'inspire de celle d'un club suédois à qui il est arrivé à peu près la même chose : pour se sortir de "leur galère"[1] et garder la tête hors de l'eau, un groupe d'hommes décident de s'investir dans un club de natation synchronisée masculine, discipline improbable s'agissant de messieurs!

Et pourtant, grâce à leurs deux coachs féminines, Delphine (Virginie Efira) et Amanda (Leila Bekhti), ils vont "y" arriver, contre toute attente. La première, écorchée alcoolique, va gentiment les entraîner tandis que la seconde, handicapée sur son fauteuil roulant, va concéder au film son aspect comique en les prenant en main (d'acier, bien entendu!).

Le casting pour interpréter ces pieds nickelés[2] est haut de gamme, les acteurs collent parfaitement à leur personnage : Guillaume Canet (Laurent), en directeur d'aciérie tourmenté, Benoît Poelvoorde (Marcus), en directeur déjanté d'un magasin de piscines, Mathieu Amalric (Bertrand), en chômeur puis vendeur de canapés dépressif, Jean-Luc Anglade (Simon), en musicien raté qui se prend pour David Bowie -dixit sa fille-, Philippe Katerine (Thierry), en manutentionnaire de la piscine, enfant maltraité -apprend-on au cours du film-, Felix Moati (John), en pilier du groupe, un aide-soignant qui ne supporte plus... les mauvaises odeurs -l'acteur ne supportait pas d'avoir la tête sous l'eau!- et enfin, l'étranger du groupe, Balasingham Thamilchetuan (Avanish) qui se laisse entraîner dans cette folle aventure aquatique -l'acteur ne savait pas nager lorsqu'il a été pressenti pour le rôle!-

 

En conclusion , cette "troupe d'hommes plus ou moins désenchantés qui courent après des rêves déchus", résume le réalisateur, nous laisse une douceur et une nostalgie qui succèdent aux rires que le jeu des acteurs aura déclenchés. On nage entre deux eaux, le rire et la mélancolie. Le film a dépassé les 4 millions de spectateurs en France.

 

© Sylviane Colomer - Centre International d'Antibes 

 

[1]    La galère : (familier) état dans lequel on mène une vie très dure. A l'origine, la galère est un bateau sur lequel étaient envoyés comme rameurs les forçats de l'Ancien Régime.

[2]    Les pieds nickelés : BD du dessinateur Louis Forton créée en 1908, reprise par René Pellos de 1941 à 1981puis par d'autres.Trois personnages y incarnent des valeurs populaires de débrouillardise et prennent de l'audace au fil de leurs aventures.

 

 

 

[

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur cinéma

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

Après Le Petit Nicolas adapté à l'écran dans plusieurs longs métrages et séries, c'est au tour de Raoul Taburin, une autre œuvre de Jean

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…

Les bons films récents portant sur des affaires criminelles ne sont pas légion. Une intime conviction semble pourtant déroger à cette règle. Ce film…